B

Blog

Informations et Actualités

22 août 2017

« LE CHEVAL » et Etienne Robert parlent de nous !

article le cheval.fr

La Vie en Rose Marrakech.

Une parenthèse ensoleillée.

« 320 jours de ciel bleu », c’est ce qu’aime à répéter Jean, l’un des associés de la maison d’hôtes La Vie en Rose Marrakech. Et quand il n’est pas bleu, il est bleuté. Mais ici, il n’y a que le grand bleu qui est pris en compte.

Jean vient accueillir ses hôtes à l’aéroport de la Menaça. Précis, ponctuel, attentionné. A peine installé dans son crossover, il vous raconte un brin d’histoire de de la ville rouge qui, en ce début janvier, brille encore des fastes de la COP 22 qu’elle vient d’abriter. Il fait nuit noire. La longue et large avenue Mohamed VI scintille des mille feux que Sa Majesté le Roi a voulu pour recevoir ses invités. Jean détaille l’environnement : ici le minaret de la Koutoubia, les tombeaux  saadiens, le palais Bahia, les jardins de la Ménara et les remparts de la médina. Il aime cette ville dans laquelle il est installé depuis une quinzaine d’années. Il est copropriétaire avec Françoise et Aziz du site de La Vie en Rose, belle propriété de 6 hectares, ancienne roseraie aujourd’hui dédiée à l’équitation, à la détente et aux loisirs.

Françoise est l’âme de cette maison d’hôtes, Aziz est en charge de l’équitation, de la formation des cavaliers comme celle des chevaux.

Un quart d’heure après avoir quitté la Ménara, nous arrivons à la Vie en Rose. Large porche, lourde porte, et derrière l’imposante villa riad semi éclairée s’adresse à nous comme un clin d’oeil dans la nuit. L’accueil est chaleureux : Françoise, Aziz et Emma la fille de Françoise sont là avec leurs chiens. Un feu est allumé dans une typique cheminée orientale, joli et efficace. Un couscous est au menu du dîner. Délice marocain servi dans un magnifique tajine.

Un samedi de sport

Nous sommes dans un de ces 320 jours bénis. Il fait 20 degrés ce matin, la piscine est calme et fraîche. C’est un grand et profond bassin juste en face de la villa riad. Magnifique endroit dans la verdure, fleuri, où orangers, citronniers, palmiers, oliviers, caroubiers, amandiers apportent leurs senteurs et leurs ombres salvatrices au plus fort des chaleurs. Il y règne un furtive odeur de lavande, de menthe, de romarin, de sauge et de jasmin.

Effervescence ce matin, le sport équestre est au programme. D’éminentes personnalités ont choisi cet eldorado pour y entrainer leurs enfants. Ils ont chargé Françoise et Aziz de leur concocter un concours avec quelques uns de leurs élèves. Ils sont une dizaine pour cette reprise dirigée avec doigté et rigueur par Aziz qui fera aussi fonction de chef de piste. Selles français, Anglo arabes, Barbes, Psar, KWPN sont aux ordres. Le niveau est élevé et à l’échauffement succède un parcours d’obstacles avec barrage. L’ambiance est décontractée mais le travail à cheval est précis. Aziz est en effet un cavalier et un instructeur reconnu. Formé au sein d’un grand haras d’Agadir, il vole maintenant de ses propres ailes et coache en concours une pléiade de cavaliers, jeunes et adultes. Ses reprises qui ne comptent jamais plus de trois ou quatre cavaliers sont quasiment de l’enseignement à la carte. C’est lui qui a amené Emma sur les hauteurs en concours et qui lui inculque la meilleure façon d’éduquer ses jeunes montures. Les cavaliers marocains l’apprécient, les jeunes cavaliers français aussi. Certains reviennent ponctuellement réviser leurs fondamentaux avec lui pendant les vacances scolaires.. Aziz bénéficie aussi des conseils de cavaliers étrangers qui viennent se ressourcer à la Vie en Rose. La culture équestre est très présente. Emma, 15 ans qui rentre d’un stage de 6 mois en Angleterre et qui veut devenir cavalière professionnelle est en immersion dans cette ambiance qui forge les véritables « hommes de cheval » Pour l’anecdote, Abdelkebir Ouaddar et son fringuant Quickly de Kreisler sont des idoles ici.

Le site équestre est bien pensé : une grande piste en sable avec arroseurs, une piste de détente la jouxte. A proximité, un vaste parking avec entrée séparée. En bord de piste, un espace ombragé est aménagé pour recevoir du public. C’est LE site de référence à Marrakech.

Très pro donc l’équitation à la Vie en Rose, du poney club à la compétition en passant par les balades dans la campagne de l’Ourika.

Le cheval n’est pas le seul moteur du lieu. C’est un site privilégié pour le farniente, la détente avec la piscine, le sport avec un court de tennis, la fantaisie avec l’initiation à la cuisine marocaine après avoir fait son marché dans la médina. Etonnante médina qui attire le voyageur comme un aimant. Il faut passer et s’arrêter à la terrasse des épices, visiter l’ancienne école coranique, flâner dans les ruelles aux mille échoppes, quelle fourmilière !

Une parenthèse à La Vie en Rose, c’est faire le plein de tonus pour longtemps. L’accueil est chargé d’empathie et de chaleur et l’endroit magnifiquement entretenu.

6 belles chambres avec balcon à l’étage, plafonds hauts, colonnes, moulures, tapis anciens, coussins, mobilier d’époque, font du plain pied des pièces agréables à vivre. Les murs épais et les moucharabiehs assurent une fraîcheur naturelle au plus chaud de l’été marocain. Envie de s’isoler ? Une jolie cabane en bois vous attend parfaitement aménagée. C’est cosy et cocooning.

Raffinement calme et beauté, c’est La Vie en Rose Marrakech et ne vous étonnez pas si à l’embarquement à l’aéroport le douanier sourit en regardant votre fiche et se met à fredonner l’air de la vie en rose de la même Piaf.

A moins de trois heures de Paris, à moins de 100€ par jour, osez La Vie en Rose Marrakech. Quand on y va une fois, on y retourne. Sa situation est idéale pour s’offrir une virée touristique à travers le Maroc.

Etienne Robert

Le Cheval – N°278 – Vendredi 24 mars 2017

Laissez-nous un commentaire